Construction durableMaisons écologiques

L’écoquartier

En 2008, l’État français lançait la démarche “ÉcoQuartier”, qui se matérialise actuellement par l’existence du label national ÉcoQuartier. Pour remplir les exigences du label, les opérations immobilières doivent respecter 20 engagements regroupés en une charte qui peut s’appliquer à tout programme d’aménagement durable, indépendamment de son contexte territorial et géographique ou de son envergure.

Les principes de l’écoquartier

L’écoquartier, qui est parfois appelé “quartier durable”, est un ensemble de zones urbaines pensées et gérées selon les principes du développement durable. Il s’agit d’ “un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leurs propres besoins”, selon la définition admise depuis 1987 par le rapport de la Commission des Nations Unies sur l’environnement et le développement.

Pour parvenir à cette ambition, les écoquartiers fonctionnent selon un modèle unique qui comprend 5 piliers :

  • des logements économes, privilégiant les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, etc),
  • des déplacements doux : marche à pied, vélo, transports en commun ; les voitures restent à l’extérieur du quartier,
  • des déchets réduits grâce au réemploi, au recyclage et à la valorisation (compostage, etc),
  • des eaux préservées de la pollution et récupérées (pluie),
  • des végétaux et des espaces naturels valorisés.

Ces écoquartiers, qui ont émergé au XXIème siècle, sont le fruit de processus urbains qui allient aspects sociaux, économiques et environnementaux. Ils visent à créer des lieux de vie agréables, où règne le “vivre-ensemble”.

Les écoquartiers tendent à promouvoir la diversité sociale (architecture, typologie de logements, mixité intergénérationnelle…), la diversité fonctionnelle (commerces, équipements publics, bâtiments dédiés aux activités tertiaires…) et la diversité des mobilités (accès piétons, maillage entre quartiers…), tout en limitant l’empreinte écologique du bâti et en incluant les habitants dans la gouvernance (réunions publiques, concertations…).

L’écoquartier Ginko

Depuis quelques années, Bordeaux a mis en place une politique urbaine qui tend à redessiner la ville. Dans ce contexte, l’écoquartier Ginko se présente comme la réponse de “La belle endormie” aux besoins des citoyens soucieux de concilier cadre de vie d’exception et respect de l’environnement.

En effet, Ginko répond aux exigences du label ÉcoQuartier, qu’il a obtenu en 2015. Il s’agissait alors du premier label ÉcoQuartier décerné à une opération publique réalisée par un aménageur-promoteur privé.

“L’approche globale et transversale requise pour la réalisation de Ginko a permis de réaliser un ÉcoQuartier de grande qualité environnementale et architecturale, bien perçu par ses habitants et qui a permis le désenclavement des quartiers alentours. Ginko a su développer les mobilités douces avec le tramway, les pistes cyclables et les chemins paysagers, agit dans le respect de la biodiversité et fait la promotion des énergies renouvelables avec notamment sa chaufferie biomasse bois”.
Bouygues Immobilier

Situé sur la rive Est du lac bordelais, le premier écoquartier de Bordeaux a été conçu par les urbanistes Christian Devillers et Olivier Brochet. Ce sont 2.700 logements qui accueilleront, à terme, 7.000 nouveaux habitants. Divisé en une trentaine d’îlots, le quartier Ginko présente une variété architecturale certaine : immeubles collectifs du R+3 au R+9, maisons de ville du T2 au T5, etc. De plus, le secteur présente 40% d’espaces verts et aussi, un centre commercial de près de 30.000m², dans la continuité de la place Jean Cayrol.

“Les toitures terrasses du pôle commercial seront des jardins suspendus affectés aux programmes de logements individuels et collectifs et à la résidence hôtelière situés au-dessus et au pourtour des surfaces commerciales. La mixité fonctionnelle de cette polarité urbaine garantira l'animation du lieu de jour comme de nuit, en semaine comme le week-end”.
Direction Générale de l'Aménagement (DGA).
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’écoquartier de la Prairie-au-Duc

Au cœur du pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire (près de 830.000 habitants), l’agglomération nantaise est un véritable moteur économique et démographique. Sa croissance repose sur deux éléments : une évolution positive et continue du solde naturel ainsi qu’une croissance du solde migratoire, qui explique à lui seul près des deux cinquièmes du gain de population.

“La dynamique démographique s’est accompagnée d’une croissance économique incontestable. Alors qu’en 1987, la fermeture des derniers chantiers navals représentait pour Nantes la fin d’une époque, marquée par la force des activités industrialo-portuaires, la ville a su écrire une nouvelle page de son histoire. Les vingt dernières années ont connu l’essor d’une nouvelle phase de développement dans laquelle la tertiarisation, les progrès de l’enseignement supérieur, l’inscription dans la société de la connaissance, la vitalité culturelle se sont affirmés comme les moteurs de son dynamisme et de son attractivité”.
Société d’aménagement de la métropole ouest atlantique (SAMOA).

À Nantes, l’écoquartier de la Prairie-au-Duc se présente comme un “quartier dans un parc”. Il s’inscrit dans la démarche de renouvellement urbain de l’Île de Nantes. Prenant place sur le site des anciens chantiers navals, l’écoquartier doit s’inscrire dans ce site porteur d’histoire. Aussi, le site profite d’un environnement d’exception : il se trouve à la fois face au centre-ville et bordé au Nord comme à l’Ouest par la Loire. De plus, l’écoquartier de la Prairie-au-Duc s’ouvre vers l’estuaire via le Quai des Antilles et la pointe Ouest de l’île.

La Prairie-au-Duc devrait donner lieu à 120.000m² d’opérations immobilières réparties entre logements sociaux, libres ou abordables - et activités économiques. Ce sont environ 3.000 résidents qui pourront occuper ce quartier, à la situation privilégiée : en bord de Loire, entre le Parc des chantiers au Nord et le futur Parc métropolitain au Sud.

Fondé sur des principes d’aménagement durable, le quartier de la Prairie-au-Duc contribue à inscrire la métropole nantaise parmi les 13 “ÉcoCités” labellisées par le ministère de l’Écologie (2009). En effet, tous les programmes immobiliers de la Prairie-au-Duc répondent à des exigences de qualité environnementale et d'innovation sociale.

À Nantes, de nombreux promoteurs prennent à cœur le fait de déployer un immobilier durable. Pour avoir une vue d’ensemble de ces “opérations vertes”, certains courtiers immobiliers se proposent de réunir les divers programmes neufs en ligne. C’est notamment le cas du courtier nantesimmo9.com.

Isoler des combles

L'architecture durable

Les lampes led

Aménager une chambre de manière écologique

Bonnes adresses


 

|Contact |Reproduction interdite :Construction durable.fr